Etiquettes et emballages

Etiquettes et emballages constituent en principe aussi des sources d’information sur les produits. Mais elles peuvent être fausses, exagérées ou mensongères (certaines "allégations de santé"), peu claires, illisibles ou inexistantes ! Selon les résultats du 4ème Thermomètre de Solidaris-Mutualité Socialiste, 7 personnes ayant au maximum le niveau secondaire inférieur sur 10 trouvent que les étiquettes sont vraiment incompréhensibles. Et elles sont encore 1 sur 2 parmi les universitaires !

Sur les étiquettes, les ingrédients, avec tous ces noms chimiques, je ne comprends rien. (Eugénie, animation FPS)

JPEG - 140.7 ko

Les denrées alimentaires doivent respecter des règles en matière d’étiquetage, de présentation et de publicité faite à leur égard. La règlementation est harmonisée au niveau européen. En termes de mentions obligatoires et de contrôle de l’utilisation d’allégations nutritionnelles et de santé, la règlementation européenne s’est améliorée, même si des progrès restent à faire.

Je ne veux pas manger de l’huile de palme mais sur les étiquettes, ce n’est pas indiqué. Je suis perdue ! (Véronique, animation FPS)

Qu’est-ce qu’une information de qualité

Une information sur un produit alimentaire est de qualité :

  • si elle existe ;
  • si elle est lisible ;
  • si elle est compréhensible ;
  • si le consommateur y trouve les éléments qui lui permettent de faire son choix parmi différents produits.

Présenter l’information sur le produit ?

La manière dont est présentée l’information fait l’objet de batailles entre, d’une part les organisations de consommateurs, et d’autre part les industriels, qui font tous deux du lobbying auprès des instances européennes. La récente bataille concernant l’étiquetage des produits alimentaires, remportée par les lobbys de l’industrie agroalimentaire, s’est soldée par la non-adoption du système d’étiquetage alimentaire dit "des feux de signalisation".