Les collectivités

Les gestionnaires de collectivités ont un rôle important à jouer, tant sont nombreux les repas pris hors domicile. La qualité des repas proposés est variable et devrait dans de nombreux cas être améliorée. Malgré les difficultés, les initiatives visant à proposer une alimentation de qualité dans les écoles, les maisons de repos, les hôpitaux, les lieux de travail ou encore les restaurants sociaux se multiplient.

JPEG - 113.7 ko

Que l’on considère les aspects nutritionnels, de sécurité alimentaire, de durabilité ou de goût, la qualité des repas proposés dans les collectivités publiques ou privées (cantines scolaires, d’entreprise, d’hôpitaux, de maison de repos, accueil extrascolaire ...) n’est pas toujours au rendez-vous.

De nombreux obstacles compliquent la mise en place d’une restauration de qualité. Les contraintes budgétaires sont décisives, en témoigne la difficulté pour les écoles de se passer des distributeurs de sodas.
La formation du personnel est également déterminante, et particulièrement dans le cas de cuisines autogérées.
Néanmoins, les initiatives qui visent à mettre en place une offre de repas de qualité sont nombreuses et variées.

A épingler

Le projet “Cantines durables en Région bruxelloise” lancé par Bruxelles Environnement, l’alternative plus durable à la cantine chez Axa, la cantine durable de l’ULB, la restauration proposée à l’Hôpital du Bois de l’Abbaye à Seraing ou encore celle proposée à la maison de repos du Domaine des Rièzes et Sarts à Couvin en sont de bons exemples.

Toutes les parties-prenantes

Les gestionnaires de collectivités (employeurs, pouvoirs organisateurs, …) sont des acteurs incontournables et peuvent agir pour un meilleur accès à une alimentation de qualité, saine, goûteuse, éthique et respectueuse de l’environnement.
La réalisation de cet objectif nécessite bien souvent le soutien des pouvoirs publics. Elle implique également qu’un véritable porteur de projet accompagne la mise en place de cantines saines, goûteuses et durables. En parallèle, des acteurs de terrain doivent effectuer un travail de sensibilisation aussi bien auprès des gestionnaires et cuisiniers que des consommateurs. Le secteur agro-alimentaire fait également partie de la solution et doit être impliqué.