24/10/2017

Alimentation durable : des projets inspirants

Le modèle alimentaire actuel, largement dépendant d’une industrie agro-alimentaire dont la préoccupation principale est d’ordre économique, montre ses limites. La fuite en avant d’une concurrence basée sur la « politique du bas coût » entraîne inexorablement une baisse de la qualité, un impact majeur sur les conditions sociales des travailleurs, une exploitation déraisonnée des ressources et des conséquences environnementales.

Un nombre grandissant de consommateurs souhaitent « autre chose », le monde a besoin de revenir à un modèle plus durable. Encore faut-il que ce changement ne laisse pas les moins aisés sur le bord de la route. Mais la transition est en marche, les initiatives citoyennes fleurissent partout, entraînant dans leur sillage, progressivement, un changement d’orientation politique.

Les Etats généraux de l’alimentation (France)

PNG - 30.7 ko

Annoncés par le Président français en juin dernier, les Etats généraux de l’alimentation (EGA) se déroulent du 20 juillet au 10 novembre 2017. Ils s’articulent autour de 3 thèmes principaux :

  • la production et la distribution
  • la consommation
  • l’exportation et les échanges internationaux

Concrètement, le gouvernement a identifié pour chacun de ces thèmes 3 ou 4 problèmes qu’il souhaite résoudre, des causes qu’il considère être à l’origine de ces problèmes et des pistes de solutions à mettre en place.

Les citoyens sont appelés à contribuer pour enrichir la réflexion. Via une plateforme de consultation en ligne, ils sont invités à voter, argumenter, proposer des pistes de solution ou à partager des sources d’information. A ce jour, on ne compte pas moins de 140.000 votes et 15.000 contributions !

Le débat qui sera conduit ensuite par les EGA associera l’ensemble des parties prenantes : monde agricole et de la pêche, industrie agroalimentaire, distribution, consommateurs, restauration collective, élus, partenaires sociaux, acteurs de l’économie sociale et solidaire, de la santé, ONG, associations caritatives et d’aide alimentaire à l’international, banques et assurances.

Les Assises wallonnes de l’alimentation durable

PNG - 14.4 ko

S’inspirant des EGA français, le Ministre wallon de l’Environnement en charge du Développement durable, Carlo Di Antonio, initiait de son côté les « Assises wallonnes de l’alimentation durable ».

L’objectif est de permettre à chacun d’avoir accès à une alimentation suffisante, saine, de bonne qualité et diversifiée, tout en privilégiant les produits locaux et en préservant notre environnement.

La réunion de lancement a eu lieu le 27 juin dernier. Elle regroupait les organisations de producteurs et de consommateurs, les groupements d’achats, les représentants de Fevia, les établissements scolaires, les acteurs de l’horeca, la Fédération de l’industrie alimentaire, de Comeos et d’autres acteurs du paysage agroalimentaire wallon ainsi que de la santé (dont Solidaris).
Cette réunion marquait le début d’un processus participatif de 18 mois qui a pour ambitions de :

  • définir le système alimentaire souhaité pour la Wallonie, avec les citoyens et l’ensemble des acteurs
  • fixer des objectifs et des échéances et mettre en œuvre des actions pour évoluer vers ce nouveau système alimentaire
  • soutenir les initiatives de transition.

En élaborant un référentiel concerté avec toutes les parties concernées, le Ministre souhaite placer l’échange au centre de la méthodologie et accélérer notre transition vers de nouveaux modes de production et de consommation.

Un recueil de projets édité par la Fondation Carasso

Créée en 2010, la Fondation Daniel et Nina Carasso (FDNC) a pour vocation de financer des projets dans les domaines de l’art et de l’alimentation. Pour elle, « l’alimentation se situe au carrefour de l’économie, de l’écologie, de la santé, du social et du culturel, elle entretient la vie et se trouve au cœur des grands enjeux du développement durable ».

Entre 2010 et 2015, 450 projets ont été soutenus, pour un total de 37 millions d’euros dont plus de 19 millions dans les projets d’alimentation. On observe d’ailleurs que la part qui lui est allouée augmente significativement, témoignant de l’importance de la thématique dans le monde d’aujourd’hui.

JPEG - 59.1 ko

Profitant des États généraux de l’alimentation, la Fondation a souhaité apporter sa contribution en éditant un recueil de projets (en téléchargement libre) qu’elle soutient. Il met en valeur des initiatives portées par les acteurs de la société civile partout en France.

Et du côté de la société civile belge ?

De nombreux projets portés par les citoyens voient le jour dans tout le pays. Il ne se passe pas une semaine sans que la presse, les blogs ou les réseaux sociaux ne parlent le l’un d’eux. Epinglons deux événements qui les mettent en lumière.

« Ensemble pour la santé » : deux journées ouvertes à tous

JPEG - 693.2 ko

Nous avions relayé ici l’appel à projets pour les rencontres « Ensemble pour la santé » organisée par la Plate-forme d’action santé et solidarité (PASS) les 1er et 2 décembre prochains. Lors de ces deux journées, des acteurs de la société civile viendront témoigner d’initiatives locales et participatives qu’ils ont mis sur pied dans leur village, leur quartier, afin d’améliorer la santé des habitants. Bien que les thématiques présentées soient plus larges que la seule alimentation, gageons que celle-ci se taillera une belle part du gâteau !

Agroecology in action

PNG - 35.7 ko

Agroecology in action vise à rassembler, soutenir, multiplier les nombreuses dynamiques et projets d’agroécologie et d’alimentation solidaire en Belgique, tout en faisant le lien avec les dynamiques européennes. Le groupe rassemble des organisations, des paysans, des agriculteurs, des collectifs citoyens, des chercheurs, des coopératives, des défenseurs de l’environnement, des PME, des acteurs de la santé, des acteurs de solidarité, des mutuelles…

Des dizaines de conférences, présentations d’initiatives, ateliers et débats ont eu lieu lors d’un premier événement en décembre 2016 (voir les comptes-rendus ici). Le groupe promet de remettre le couvert en 2018… restez à l’écoute.

En attendant, vous pourrez le rencontrer lors des journées « Ensemble pour la santé ».