15/06/2015

Ecoles et distributeurs de sodas : la fin de la récréation ?

Depuis plus de 10 ans, les distributeurs de sodas résistent encore et toujours aux assauts des ministres de l’éducation qui veulent les voir disparaître ou bien distribuer autre chose que des doses de sucres aux enfants. Qu’est-ce qui les rend si difficiles à déloger du milieux scolaire ? Et quelle est la bonne formule pour y parvenir ?

JPEG - 737.2 ko

Un nouveau plan santé de la Ministre de l’enseignement, Joëlle Milquet, devrait être présenté en 2016. Au menu, la volonté de lutter contre l’obésité infantile. Parmi les mesures envisagées figure la suppression du soda dans les distributeurs, pas des distributeurs de boissons eux-mêmes qui verraient leur contenu évoluer vers des produits locaux plus sains et plus adaptés aux besoins des enfants comme les jus de fruits.

C’est la 4e ministre de l’enseignement à s’emparer du débat en dix ans ! Mais qu’est-ce qui rend ces distributeurs aussi irréductibles ? Une potion assez tragique (au regard de la prévalence de l’obésité chez les jeunes) dont la formule est basée sur deux ingrédients principaux : la pression des industriels de la boisson sucrée et l’importance financière que représentent pour les écoles ces distributeurs de sucre.

Comment faire des écoles un environnement qui ne participe plus à la progression de l’obésité infantile ? Briser la formule qui rend ces distributeurs de malbouffe invincibles pardi ! S’il est impossible de faire renoncer l’industrie à sa soif de bénéfices, il est sans doute possible de remplacer la source de revenus que représentent les distributeurs pour les écoles. Enfin, d’autres mesures sont sans doute à prévoir pour accompagner le changement de comportement alimentaire, en matières de qualité (gustative notamment) des produits proposés dans les écoles et de sensibilisation notamment.

Décideurs politiques, producteurs, écoles, parents et élèves ont chacun leur ingrédient à apporter à l’élaboration de la recette, pas miraculeuse mais inventive, d’un environnement scolaire favorable à la santé.


A lire également, notre article "La proximité de la malbouffe favorise l’obésité"