Sensibiliser

Autant la sensibilisation des consommateurs à une alimentation de qualité (en termes de santé, d’environnement ou encore de conditions sociales des travailleurs de la chaîne alimentaire) est nécessaire, autant elle ne suffit pas.

Elle doit être soutenue par un environnement favorable à une consommation plus responsable et un accès accru à l’information.

Créer un environnement favorable

Une enquête menée par Solidaris – Mutualité socialiste auprès de ses affiliés a montré que si le slogan "Manger 5 fruits et légumes par jour" était connu de tous, il n’était pas nécessairement bien compris et surtout trop peu suivi. Les enquêteurs ont tenté de déterminer les freins à la consommation de fruits et légumes. Goût, prix, temps, savoir-faire culinaire sont les principaux freins qui ont été identifiés, la pondération des facteurs étant le plus souvent liée au gradient social.

Mener des campagnes centrées sur le "manger équilibré pour votre santé" est une approche insuffisante car elles se heurtent, dans la réalité quotidienne, à tous ces freins.

JPEG - 83.8 ko

Créer un environnement favorable à une meilleure alimentation s’impose donc comme le complément indispensable de ces campagnes. Cela passe par une modification du système agro-alimentaire, par des politiques incitatives à une offre qualitative dans tous les milieux de vie, par une meilleure accessibilité de tous à l’alimentation de qualité.

Changer d’angle

Aborder l’alimentation équilibrée sous l’angle d’une « obligation » pour la santé est une approche assez négative pour le consommateur.

JPEG - 108.9 ko

Axer des campagnes sur le plaisir (de manger, de partager un repas), redévelopper la culture alimentaire et culinaire et sa transmission, retrouver le rapport entre la terre et l’alimentation sont autant de leviers pour induire des changements à terme et amener les personnes à manger mieux et pas uniquement « parce qu’il faut ».

Améliorer l’accès à l’information

Agir sur la demande alimentaire appelle à la mise en place de campagnes d’information mais il est inutile, par exemple, de sensibiliser le public aux conséquences de ses choix s’il ne retrouve pas l’information nécessaire sur les lieux de vente ou sur les produits.

Actuellement, les obligations se limitent principalement aux composantes nutritionnelles des aliments. L’origine des produits est une information tronquée (pas de traçabilité accessible au consommateur), et il n’a aucune indication sur le bilan environnemental et social du produit qu’il achète.