Revenus du ménage

Les revenus de la personne et du ménage orientent les choix alimentaires.

Alimentation de faible qualité nutritionnelle

Pour les personnes et ménages à faible revenus, les choix alimentaires s’orientent régulièrement "vers une alimentation de faible qualité nutritionnelle, susceptible de favoriser l’obésité et les maladies chroniques liées à des insuffisances d’apports en nutriments essentiels". En cause : "l’effet des prix toujours plus bas de ces produits gras et sucrés, alors que les prix des fruits et légumes ont tendance à s’envoler" [1].

JPEG - 62 ko

Arbitrage des dépenses

D’autre part, les ménages doivent effectuer un arbitrage au niveau de leurs dépenses. Le contexte économique actuel (augmentation des dépenses contraintes comme le logement, augmentation du désir de consommation de produits de nouvelles technologies, perception d’une baisse du pouvoir d’achat) conduit les ménages à arbitrer leurs dépenses en défaveur de l’alimentation [2].

Le bio coûte cher, manger de qualité coûte cher … Mes premières préoccupations sont le logement, les factures et la famille avant les choix alimentaires. (Chantal, animation FPS)

[1BERNARD B., "Bien se nourrir sans trop dépenser : savoir choisir ses aliments", in : Alimentation et précarité, n°31, 2005. www.biotechno.fr/IMG/pdf/alimentation_et_precarite.pdf

[2HÉBEL, P., (2008), "Alimentation. Se nourrir d’abord, se faire du bien ensuite", Crédoc -Consommation et modes de vie, n° 209 – février 2008. www.credoc.fr/pdf/4p/209.pdf