Modèle agroalimentaire dominant

Le modèle agroalimentaire dominant conditionne négativement l’accès à une alimentation de qualité. Le "low cost à tout prix" est néfaste pour la santé, pour l’environnement et pour les conditions d’emploi des travailleurs. Le fossé se creuse aussi entre producteurs et consommateurs : le Thermomètre 4 de Solidaris - Mutualité Socialiste indique que seulement 4 % des personnes font vraiment confiance à l’industrie agroalimentaire et 7 % à la grande distribution.

JPEG - 58.9 ko

Modèle de production… agro-industriel

Ce modèle de production dominant chez nous est le fruit de la Politique Agricole Commune qui a encouragé des systèmes de production spécialisés, concentrés et intensifs de plus en plus déconnectés des écosystèmes.

S’est également opérée "une course à la productivité et une montée en puissance des secteurs en amont et en aval de la production qui ont acquis un poids économique largement supérieur à celle-ci. (…) L’évolution du modèle s’est encore précipitée avec l’émergence de nouveaux acteurs et une reconfiguration des rapports de force entre les différents maillons de la chaîne alimentaire. La grande distribution et les centrales d’achat sont devenues les acteurs majeurs dans l’organisation des filières et ont supplanté les marchés et les opérateurs traditionnels. Des fusions se réalisent et des alliances supranationales se forment entre les grands groupes de la distribution et de l’agro-industrie" [1].

Sur certaines pizzas surgelées on trouve la mention "fromage analogue". Comment peut-on proposer un fromage fait sans lait ? (Chantal, animation FPS)

Les modes de production et de consommation énergivores, pollueurs et gaspilleurs doivent être repensés. Il est démontré que le modèle alimentaire du Nord influence non-seulement les écosystèmes mais aussi les conditions de (sur)vie au Sud comme au Nord. Dans cette optique, la disponibilité de produits de qualité "chimique", "environnementale" et "sociale" est donc sérieusement mise en doute.

Découvrez la vidéo dans laquelle Mr Olivier de Schutter, à l’époque Rapporteur spécial pour le Droit à l’Alimentation du Conseil des droits de l’homme à l’ONU, a largement décortiqué ce système qu’il estime en fin de course lors du Colloque "Vers une politique concertée de l’alimentation en Belgique : Quels enjeux, quelles priorités ?" organisé en avril 2014 par Solidaris - Mutualité Socialiste.

D’autres types d’agricultures plus respectueuses de l’environnement existent comme l’agriculture biologique, intégrée ou durable.. Soulignons par ailleurs les impacts environnementaux des modes de transports et de distribution (allongement des trajet dans le contexte de mondialisation des échanges) et des emballages. La politique agricole et industrielle doit aller "dans le sens de l’amélioration de la qualité nutritionnelle des produits vendus aux consommateurs et du remodelage du modèle de production-commercialisation par une diversification et des circuits plus courts".

… agro-tertiaire

Le modèle de production peut également être qualifié d’agro-tertiaire. En effet, du point de vue de leur contenu économique, les aliments tendent à devenir non plus des biens matériels mais des services. Dans la formation du prix final, en plus de la part constituée par les matières premières agricoles et celle de l’industrie alimentaire et de l’emballage, interviennent également les prestations de service ou les prélèvements (transport, marketing, intérêts bancaires et assurances, marges de distribution, impôts et taxes, profits) [2].

Un fossé entre le consommateur et le producteur

JPEG - 103.7 ko

Dans ce système, les consommateurs obtiennent seulement de choisir parmi un ensemble limité de possibilités qui leur sont offertes par l’industrie alimentaire, les détaillants et les grandes entreprises [3]. La consommation alimentaire est à présent dominée par des produits de masse, banalisés, désaisonnalisés et ayant perdu leur lien avec le territoire. En conséquence, la séparation entre les individus et le système de production s’est creusée, ceux-ci "ignorant totalement les transformations subies par les produits avant leur consommation" [4].

[1Duquesne, B. et Lebailly, Ph., (2004), "Importance de la consommation alimentaire pour le développement durable de la production agricole : dispositifs mis en place en Région wallonne" », Colloque international AIEA2 « "Développement durable et globalisation dans l’agroalimentaire" Université Laval, Québec, 23 et 24 août 2004

[2Rastoin, J-L., (2006), "Vers de nouveaux modèles d’organisation du système agroalimentaire ? Approches stratégiques", MSH-M Séminaire de recherche Produits de terroir, filière qualité et développement Montpellier, 22 juin 2006, p.2

[3Lang, T., (2009), "Reshaping the Food System for Ecological Public Health". Journal of Hunger & Environmental Nutrition, 4 (3), p. 315–335.

[4Salvador-Perignon, (2011), "Les représentations mentales du mode de production des produits alimentaires (France)", Anthropology of food, Septembre 2011.