Adopter une loi-cadre instaurant le droit à l’alimentation de qualité

L’accès à l’alimentation est un droit humain fondamental. Or, force est de constater que tout le monde ne bénéficie pas de ce droit chez nous. La Belgique doit donc adopter une loi-cadre instaurant le droit à l’alimentation de qualité pour faire face à ses obligations.

L’accès à l’alimentation est un droit humain fondamental. Le rapporteur spécial aux Nations-Unies sur le droit à l’alimentation définit ce dernier comme étant “le droit d’avoir un accès régulier, permanent et non restrictif, soit directement ou au moyen d’achats financiers, à une alimentation quantitativement et qualitativement adéquate et suffisante correspondant aux traditions culturelles du peuple auquel le consommateur appartient, et qui lui procure une vie physique et mentale, individuelle et collective, épanouissante et exempte de peur [1].

JPEG - 82 ko

Le droit à l’alimentation “implique par conséquent que les États fassent en sorte que les politiques salariales ou les filets de sécurité sociale permettent aux citoyens de réaliser leur droit à une alimentation adéquate” [2].

Le caractère adéquat de l’alimentation implique également que l’État mette en place des systèmes alimentaires durables. Le droit à l’alimentation est reconnu et consacré par plusieurs textes internationaux que la Belgique a signés et ratifiés. Il convient donc d’adopter une loi-cadre instaurant le droit à l’alimentation afin de mettre en œuvre les obligations de la Belgique [3].

Ceci est rendu d’autant plus pressant que les systèmes alimentaires ne sont pas durables et qu’en Belgique, plus de 200 000 personnes ont recours à l’aide alimentaire pour s’en sortir au quotidien [4].

[1Le droit à l’alimentation en tant que droit de l’homme, O. De Schutter, dernière visite le 05 mars 2014

[2Ibidem

[4FdSS, Aide Alimentaire, dernière visite le 20 mars 2014