Garantir l’accès aux graines et préserver la variété des aliments

Garantir la liberté d’accès à toutes les graines et large variété d’espèces végétales et animales devraient favoriser l’accès à une alimentation de qualité à condition également que les consommateurs soient sensibilisés aux qualités nutritionnelles et gustatives des variétés anciennes et courantes, quel que soit leur aspect.

Quelques multinationales du secteur de l’agro-industrie cherchent à concentrer le marché des semences, à en détenir le monopole et donc à entièrement le contrôler. Une telle évolution mettrait en danger la souveraineté alimentaire de nombreux pays – singulièrement les plus pauvres.

L’Europe doit absolument s’opposer à cette évolution et garantir un accès libre aux semences paysannes et accroître la diversité génétique.

Parcours tumultueux d’un règlement européen

Une proposition de règlement de la Commission européenne visant à harmoniser la règlementation européenne afin de clarifier et de simplifier la conduite et la gestion du secteur des semences a été proposée. Celle-ci a très largement été rejetée par le Parlement européen.

Cette législation faisait la part belle aux grands industriels du secteur car, selon la Coordination Européenne Via Campesina, elle aurait interdit "toutes les productions paysannes et artisanales autonomes qui ne pourront pas respecter les normes industrielles et les obligations bureaucratiques des autocontrôles sous contrôle officiel, ni amortir leur coût". [1]

Les enjeux de la libre circulation des semences

JPEG - 125.6 ko

Le secteur des semences est un domaine qui concerne la souveraineté alimentaire. Le contrôle des semences, de la santé des végétaux et des animaux, de la biosécurité et de l’ensemble de la chaîne alimentaire doit par conséquent rester public.

Or le risque de monopolisation des semences par les plus grands semenciers est réel.

Pour leur part, les petits semenciers et les fermiers doivent pouvoir également développer leurs activités ce qui nécessite des progrès en matières d’échanges de savoir-faire entre les paysans et de recherche participative au service de la défense de la biodiversité cultivée [2].

La diversité des semences et la diffusion de véritables variétés anciennes est également très importante pour lutter contre la standardisation des produits et pour la préservation du goût de fruits et légumes variés. En effet, les exigences des industriels de la transformation et de la grande distribution à l’égard des fruits et légumes ont conduit à leur standardisation ainsi qu’à une réduction de la diversité des variétés commercialisées.

Pour leur part, les consommateurs sont habitués à cette standardisation et ont tendance à rejeter les produits différents en termes d’aspect et de goût. Les exigences des transformateurs et des grands distributeurs génèrent également leur lot de gaspillage en amont chez les producteurs agricoles [3].

[1Vote du règlement sur la commercialisation des semences par la Commission de l’agriculture du Parlement Européen, dernière visite le 06 mars 2014.

[3Thierry, D., (2014), "Favoriser l’accès pour tous à une alimentation de qualité, saine et équilibré", Projet d’avis, Conseil Economique, social et environnemental, Paris, 46p.