Lancer des campagnes ciblées sur le public défavorisé

En termes d’alimentation, les campagnes d’information qui s’adressent à l’ensemble de la population influencent peu les comportements des populations les plus à risque. “Elles peuvent même augmenter les inégalités de santé en étant bien plus efficaces dans les milieux aisés que dans les milieux défavorisés” [1].

Aussi, lancer des campagnes de sensibilisation spécifiques, ciblées sur les publics défavorisés, est une mesure très concrète qui peut être prise facilement pour favoriser l’accès de ces publics à une alimentation de qualité.

JPEG - 113.1 ko

Comme pour les campagnes "tous publics", elles doivent être conçues avec une vision globale de l’alimentation, mettant en avant le plaisir, la convivialité et le fait de prendre du temps pour les repas.

Pourquoi les campagnes traditionnelles ne fonctionnent-elles pas ?

Dans les milieux défavorisés, la vision hygiéniste ou morale de l’alimentation peut être perçue comme une contrainte supplémentaire amenant les personnes démunies à considérer l’alimentation comme un domaine de liberté dans lequel elles refusent ce surcroît de contraintes.

Ceci est d’autant plus vrai si les messages sont perçus comme étant imposés du haut vers le bas de la société [2].

Les représentations de l’alimentation et celles du corps, la symbolique de la maladie et le lien établi ou non entre santé et alimentation sont autant d’éléments qui relèvent des représentations collectives et des identités [3].

Avec les personnes démunies, il est souvent beaucoup plus pertinent d’aborder la question alimentaire sous sa dimension sociale, sur la convivialité par exemple.

Avec ce public-là en particulier, comme avec les adolescents d’ailleurs, partir des recommandations du PNNS (Programme national nutrition santé) n’est pas une bonne approche. Il faut toujours partir des préoccupations, des envies et des besoins du public et ne pas oublier le plaisir dans tout cela ! [4].

[1Caillavet, F., Darmon, N., Lhuissier, A. et Régnier, F., (2005), “L’alimentation des populations défavorisées en France. Synthèses des travaux dans les domaines économique, sociologique et nutritionnel”, Les travaux de l’Observatoire, 2005-2006, p. 29

[2Idem

[3Idem, p.29

[4Propos de G. Le Bihan dans “Promotion de la santé et éducation nutritionnelle"